Restauration, hôtellerie

HÔTEL GRAND FERDINAND À VIENNE

Doté d'un aménagement intérieur soigneusement choisi, le somptueux hôtel «Grand Ferdinand» a ouvert ses portes dans la Ringstrasse, célèbre rue très animée de Vienne. Avec force respect, le bureau d'architecte local Atelier Heiss a transposé son concept moderne dans cet ancien immeuble de bureaux. En étroite collaboration avec l'exploitant Florian Weitzer – qui s'est déjà fait un nom dans le secteur hôtelier viennois – l'ouvrage qui a pris forme renoue avec l'ère de la légendaire Ringstrasse du 19e siècle.

Doté d'un aménagement intérieur soigneusement choisi, le somptueux hôtel «Grand Ferdinand» a ouvert ses portes dans la Ringstrasse, célèbre rue très animée de Vienne. Avec force respect, le bureau d'architecte local Atelier Heiss a transposé son concept moderne dans cet ancien immeuble de bureaux. En étroite collaboration avec l'exploitant Florian Weitzer – qui s'est déjà fait un nom dans le secteur hôtelier viennois – l'ouvrage qui a pris forme renoue avec l'ère de la légendaire Ringstrasse du 19e siècle.

Les bâtiments publics comme les musées et autres opéras marquent de leur empreinte la Ringstrasse de Vienne, avec de superbes édifices datant de la haute bourgeoisie de l'époque. Aujourd'hui encore, cette rue reste emblématique de la capitale autrichienne. C'est en 1857 que l’empereur François Joseph Ier a donné son aval pour un projet prévoyant la démolition des anciennes fortifications et ouvrant la voie à la construction de la Ringstrasse. Les architectes Ludwig Förster, August Siccard von Siccardsburg et Eduard van der Nüll remportèrent le concours. Délibérément conçues d'après la «théorie paysagiste» – consistant à planter deux à trois rangées d'arbres de chaque côté entre la rue et les monuments – les allées piétonnières et cavalières offraient suffisamment de place pour les promeneurs et les calèches. Parallèlement aux généreux parcs, des surfaces constructibles étaient prévues pour la grande bourgeoisie, sur lesquelles ont été érigés de somptueux bâtiments de prestige dans le style historiciste. L'aménagement de la Ringstrasse avec ses 57 mètres de large et ses plus de 4 kilomètres de long fut l'une des plus grandes réalisations urbanistiques du 19e siècle à Vienne.

C'est dans cette rue iconique de Vienne que le bureau Heiss Architekten a entrepris de transformer l'ancien bâtiment administratif de l'usine de magnésite Veitscher au niveau de la section de la Schubertring en un hôtel à la fois moderne et raffiné. L'austère ouvrage des années 1950, qui a longtemps joué un rôle mineur, a subi une restructuration quasi complète à l'intérieur, et de nouvelles ailes ont pris place au niveau de la cour. Classée monument historique depuis 2003, la sobre façade du bâtiment et le prestigieux hall d'entrée avec ses remarquables marbres ont bénéficié d'une nouvelle mise en scène orchestrée par les architectes et allient à présent l'élégance viennoise avec l'architecture contemporaine. Les planificateurs ont travaillé la précieuse substance bâtie avec la plus grande délicatesse et ouvert le rez-de-chaussée côté rue par un vitrage s'étalant sur deux étages, permettant aux passants curieux de jeter un coup d'œil à l'intérieur. En outre, le bureau d'architecte et l'exploitant de l'établissement Florian Weitzer ont réussi à insuffler, à travers l'imposante ouverture, une dimension généreuse qui transporte à l'intérieur de l'hôtel l'atmosphère de la Ringstrasse, pleine de vie et d'éclat. Deux restaurants et le hall d'entrée historique y occupent le devant de la scène. Carreaux de ciment colorés et ornés, lustre Lobmeyr fait main, chaises cultes signées Thonet et bancs revêtus de cuir s'associent pour infuser une ambiance de raffinement dans le «Restaurant am Ring». Mais la qualité et l'à-propos des choix opérés ne sont pas le seul apanage de l'aménagement intérieur. Sur le plan gastronomique aussi, les trois restaurants font le bonheur des gourmets, avec des plats traditionnels autrichiens parfois tombés dans l'oubli, comme la Kaisersuppe (soupe impériale) ou la Szegediner Fischsuppe (soupe de poisson de Szeged).

Le célèbre hôtelier a inspiré l'architecture intérieure aux détails subtils et conçu avec soin, en étroite collaboration avec le cabinet d'architecte, l'aménagement des 188 chambres standard ainsi que des suites: les têtes de lit blanches arrondies, le parquet en chêne fumé foncé avec pose à bâtons rompus, les murs anthracite et les parois de douche en briques de verre instillent sur cinq étages une atmosphère confortable, chaleureuse et toujours surprenante. Les deux dortoirs dans le style auberge de jeunesse constituent une proposition plutôt insolite pour un hôtel de cette classe. Dans un décor qui n'est pas sans rappeler celui de l'Orient-Express, les planificateurs ont réuni des lits superposés, des lavabos en marbre ainsi que des éléments en bois mordancé et en laiton brillant. Compte tenu de l'emplacement des dortoirs au niveau de la galerie, les hôtes qui sortent des chambres jouissent d'une vue plongeante sur le restaurant jusqu'à la prestigieuse  rue. Le huitième étage ne manque pas d'attrait non plus: c'est ici qu'on trouve le troisième restaurant de l'hôtel. Entièrement vitré, il offre une vue imprenable sur les toits de Vienne, sur les curiosités environnantes et sur la piscine extérieure.

Le cabinet Atelier Heiss et Florian Weitzer ont réussi à créer un hôtel moderne haut de gamme, sachant faire la synthèse entre les témoignages omniprésents des années 1950, comme les carreaux Terrazzo dans les escaliers, les éléments architecturaux modernes et les idées les plus originales. 

Monja Horrer

LE PRODUIT BAUWERK UTILISÉ

Unopark

Unopark est le classique polyvalent avec un grand choix de couleurs et de bois pour des possibilités d’utilisations et de poses pratiquement illimitées.

Autres références dans le domaine Restauration, hôtellerie